Le processus de la clarification et construction communiste – notre compréhension

pdf
L’auto-identification suivante partagent les camarades qui organisent et créent le processus de la clarification. C’est un prérequis pour pouvoir décider dans le processus. Elle n’est pas une condition pour la participation aux discussions ou réunions ouvertes qui sont organisées dans le processus de la clarification. Elle définit les bases politiques sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord.

Nous sommes des communistes de différentes parties de l’Allemagne, notre base idéologique commune est le marxisme-léninisme. Notre intention de bouleverser l’ordre des classes sociales par la révolution résulte de la prise de conscience que les conditions de vie de la majorité de la population trouvent leur origine dans la mode de production capitaliste et son rapport brutal à la propriété. Cela ne peut pas être modifié par la réforme.

Nous constatons qu’il n’existe aucun parti communiste révolutionnaire conséquent aujourd’hui en Allemagne qui serait capable de mener la lutte des classes, d’avancer lorganisation autonome de la classe ouvrière et de lui offrir ainsi une perspective. Certains d‘entre nous étaient déjà engagés dans les organisations existantes du mouvement communiste de la RFA, d’autres étaient actifs politiquement indépendamment de celles. En ce moment nous nous réunissons pour préparer la construction du parti communiste en Allemagne afin de la planifier et le préciser. Pour nous, cette création d’une organisation révolutionnaire de la classe ouvrière ne peut être considérée réussie uniquement si les questions les plus importantes de la stratégie et de la pratique communiste sont clarifiées.

Le mouvement communiste vit une période de crise dans le monde. La propagation des opinions révisionnistes et des conceptions opportunistes au sein du mouvement ainsi que le succès de la contre-révolution de 1989/90, qui est notamment un résultat du révisionnisme dans le mouvement communiste. Les organisations existants n’ont pas de réponse convaincante face à cette crise. La majorité se braque lorsque la remise en question d’anciens concepts et un renouvellement révolutionnaire. Toute tentative de désamorcement de ce blocage, même lente et sur le long terme, est perdue d’avance. Des expériences antérieures de création d’un nouveau parti communiste en Allemagne ont déjà échouées : c’est aussi parce qu’il manquait une analyse scientifique des origines de la crise du mouvement. Ainsi, les instigations ne pouvaient pas rompre strictement avec le révisionnisme et l’opportunisme. Il faut étudier l’histoire de ces expériences échouées avec nos connaissances actuelles. De plus il est urgent de la clarifier dans l’analyse actuelle de l’impérialisme, la position actuelle des classes et de la conscience individuelle, ainsi que la question des syndicats et leur rôle. Celles et d’autres problématiques doivent être débattues lors de la clarification. Le débat ne peut pas être seulement théorique, son but est également d’établir les conditions pratiques pour la construction du parti communiste.

Le processus de la clarification est ouvert à tous ceux qui partagent nos objectifs. Les camarades déjà membres d’une organisation sont eux aussi les bienvenus. Cependant notre hospitalité a des limites, résultant de la raison et du caractère du processus. C’est pourquoi nous consignons dés à présent des positions communes servant de glissière au processus.

Premièrement : Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que nous ne voulons pas seulement une clarification théorique mais que nous l’unifierons avec le processus de la construction pratique. Nous allons nous préoccuper des pratiques communistes théoriques pour analyser la nôtre, et conclure de nouveaux concepts pour mieux conduire l’organisation du mouvement des masses dédié à la classe ouvrière.

Deuxièmement : Nous refusons les variantes de l’opportunisme et du révisionnisme comme le trotskysme ou le maoïsme par exemple. Nous voulons analyser précisément leur forme, nature et fonction dans un futur proche. Nous nous retournons contre toutes conceptions idéologiques qui nient le rôle de la classe ouvrière comme sujet révolutionnaire, le parti communiste comme avant-garde de celle-ci et la nécessité de la dictature du prolétariat comme seule forme possible pour la transition dans la société sans classes. Nous considérons le centralisme démocratique comme la forme d’organisation nécessaire des révolutionnaires et refusons la fraction et aussi l’entrisme. De plus nous considérons nécessaire que le parti communiste soit en mesure d’utiliser toutes les formes de la lutte. Les conquêtes des anciennes révolutions socialistes sont des points de référence fixes de notre travail. Nous nous opposons aux positions qui refusent le socialisme réel et qui sont hostile à l’Union soviétique et la dénigrent par exemple comme « social-impérialiste » ou « capitalisme d’État». Nous tenions le terme polémique du « stalinisme ».

Troisièmement : Une des raisons majeures ayant conduit à ce processus est le refus de la stratégie des « transitions anti-monopolistes » ou des concepts similaires d’« étape démocratique » vers le socialisme. Au contraire, nous sommes d’avis que le socialisme ne peut être atteint que par la révolution socialiste, qui doit être notre but stratégique imminent, et non par étape. De croire que l’on peut vaincre le capitalisme par des réformes est une conception apparue qui représente un opportunisme dangereux. Pour nous, lutter pour l’amélioration des conditions de vie est un moyen pour organiser les masses et propager la conscience de classe mais n’est pas une fin en soi.

Quatrièmement : Nous estimons que la fonction de la social-démocratie dans le mouvement ouvrier est de diriger des potentiels révolutionnaires vers une intégration dans le système. Son influence idéologique et institutionnelle et en conséquence son rôle de stabiliser le système donc contre-révolutionnaire définit notre attitude irréconciliable face à elle.

Cinquièmement : Nous estimons que ce processus de la clarification ne peut pas être organisé dans les organisations existantes et c’est pourquoi il faut lui chercher une forme indépendante.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.